Programme 2018
Bio

Avant, quand on croyait que les lendemains pouvaient encore chanter et que les textos et les twitter voyageaient avec un timbre, il fallait choisir son camp: On était rock, on était punk, metal, alternatif ou rap, on ne transigeait pas, jamais. On ne se mélangeait pas. 2017 est là. Les codes ne sont plus les mêmes, les étiquettes ont été avalées par le trou noir 2.0. L’heure est à l’audace, aux chansons qui ne doivent rien à personne. À l’identité. Arma Jackson, Jordan Mfumu-Kanda Dhi à l’état civil, est né à Lausanne, Suisse. Kurt Cobain avait déjà alors tiré sa révérence, 2 Pac pas loin.

Son premier disque, “9M2” se présente comme un EP. Et dévoile autant de morceaux qu’un album. Ici, d’entrée, on comprend. On comprend qu’Arma Jackson a choisi de ne pas choisir. Sa musique aime les mélodies tatouages, celles qui envahissent le cerveau pour ne plus jamais le quitter, les émotions mêlées, les frontières qui s’effacent, l’intimité transcendée. Elle raconte le quotidien d’un jeune d’aujourd’hui, partagé entre le spleen assumé et les souvenirs pas toujours solaires, elle est rap, pop, entraînante et de combat, mélancolique et libératrice. Elle est tangible, précise, touchante et fière. Qu’on écoute “Sables Mouvants” ou “Bagarrer”, “Moquez Vous” ou “Les Yeux Fermés”, une certitude pointe: Arma Jackson donne plus qu’il ne prend. Il n’ignore pas que les chansons ne doivent pas tricher…

like site internet